Festival

Le festival linguistique (en Espéranto Lingva Festivalo) est un projet culturel et éducatif organisé par des espérantistes dans plusieurs villes en Russie et à l'étranger. Il consiste en des présentations de 30 à 40 minutes de diverses langues dont on peut ainsi entendre les sons, apprendre quelques phrases, et en apprendre davantage sur leur histoire et leur développement. Les présentations permettent enfin, tout simplement, de discuter avec des personnes de cultures différentes, et d'en apprendre plus sur les réalités de la vie dans d'autres pays.
Au cours du festival, les présentations posent au visiteur un choix difficile car elles se déroulent en parallèle. La présentation des intervenants lors de la cérémonie d'ouverture du festival le samedi aide certainement à faire son choix. Sur scène, les intervenants disent quelques mots dans la langue qu'ils représentent et, l'un suivant l'autre, se dégage l'impression de toucher à une certaine pluralité du monde. Et là, pendant les présentations, il devient possible d'accéder à cette richesse et de commencer à mieux comprendre les autres cultures au travers des langues qu'on y parle.
Quand cela a-t-il commencé?
Le premier festival linguistique a eu lieu en France, à Tours, en 1995 sur l'idée de l'espérantiste américain Dennis Keefe. Le récit de l'événement fut publié dans le journal espérantiste « Kontakto » et, dès l'année suivante, se tenait sur un principe similaire la première édition russe d'un festival des langues à Tchéboksary (en 1996).
Le succès de ce festival a largement dépassé Tchéboksary puisque des événements similaires ont aujourd'hui trouvé leur public à Moscou, Saint-Pétersbourg, Volgograd, Odessa, Oulianovsk et dans quelques autres villes de la Communauté des États indépendants (CEI). La première édition du festival de Moscou a eu lieu en décembre 2006 et la première édition de celui de Saint-Pétersbourg, le 4 mars 2007.
A quoi servent ces festivals?
Le but des festivals linguistiques est de créer un climat de compréhension mutuelle dénué de conformismes et de stéréotypes. Nous voulons attirer l'attention sur la diversité des langues du monde, pour montrer que les gens utilisent beaucoup plus que 5 ou 10 langues. Selon plusieurs estimations, 3 à 6000 langues sont parlées dans le monde.
Chaque langue est un outil de communication qui, imaginez seulement, permet d'exprimer l'amour, de chanter des berceuses aux enfants, de partager les joies et les peines, et de rire. Un voyage dans le monde des langues peut être sans fin, et quiconque s'y engage est un pionnier qui trouve, au-delà de sa langue maternelle, une multitude de portes vers des mondes « voisins ».
Avant de parler de la diversité des langues du monde, il faut trouver un point d'appui. Sur le plan linguistique, ce point d'appui est la langue maternelle. C'est ce système de coordonnées qui remonte à notre naissance même, ce sont les premiers mots et les images utilisés par nos parents et ancêtres. La langue maternelle ne prend de l'importance que quand elle est reconnue. Par l'intermédiaire des festivals linguistiques, nous voulons insister sur l'importance de la langue maternelle et sur la conscience d'appartenir à la culture originale qu'elle véhicule.
L'étude d'une langue étrangère aussi bien que de la langue maternelle favorise une meilleure compréhension du monde et de la place que nous y occupons. Les langues étrangères nous aident à construire une carrière, à voyager, à découvrir les cultures d'autres peuples. Les langues “nationales”(*) nous donnent la possibilité de mieux comprendre les gens, la culture de leur groupe, leur mentalité et même quelques-uns de leurs mystères. Etudier ces langues « nationales », c'est apprendre à comprendre, à trouver un terrain d'entente et à gagner le respect des peuples autochtones. L'une des tâches importantes d'un festival linguistique est de promouvoir l'intérêt pour l'étude des langues étrangères et nationales.
Il n'y a pas de langues qui seraient essentielles alors que d'autres seraient insignifiantes. Il est préférable de parler de langues majeures et mineures. Les langues “majeures” sont parlées par un plus grand nombre de locuteurs que les langues dites “mineures”. Chaque langue est unique. Chaque langue est une clé de compréhension du monde dans son ensemble, et réduire les mérites et la portée d'une langue revient à rabaisser la dignité et l'importance du groupe qui l'utilise comme langue maternelle. Nous sommes pour l'égalité linguistique basée sur le respect mutuel et la compréhension.
Bien sûr, dans un monde multilingue, il y a des problèmes de communication internationale. Il est en effet impossible d'apprendre toutes les langues. Choisir comme langue de communication internationale la langue d'une nation, c'est automatiquement choisir les valeurs culturelles du peuple en question. Cependant, nous ne pourrons jamais parler une langue étrangère aussi facilement que les gens pour lesquels elle est la langue maternelle. Comme alternative, nous proposons la langue auxiliaire internationale qu'est l'espéranto. L'espéranto permet la création de conditions d'égal à égal pour la communication entre des gens parlant des langues différentes.
L'espéranto est une langue qui n'appartient à personne ni à aucune nation en particulier. Elle n'est pas liée à l'image d'une culture particulière et peut, au contraire, être un intermédiaire de communication efficace en assimilant les spécificités des autres langues. L'espéranto étant facile à apprendre, il peut appartenir à tous et assurer une communication équitable.
(*) note du traducteur: concept russe de nationalité, c'est-à-dire ici les langues qui véhiculent spécifiquement l'identité d'un peuple.